L’innovation en berne

Un livre est paru aux Etats-Unis et en Angleterre en septembre dernier et mérite notre attention : « Mass Flourishing » (Princeton University Press), de Edmund Phelps, prix Nobel d’économie 2006.

Le livre raconte l’apparition et la diffusion à grande échelle, au 19ème siècle, d’innovations majeures, au Royaume-Uni, puis aux États-Unis, en France et en Allemagne. Mais cette dynamique se termine très tôt, à partir de la fin des années 1960. Et pour Phelps, cette crise de l’innovation est à l’origine du déclin économique des pays occidentaux.

L’auteur cite plusieurs facteurs explicatifs à ce ralentissement de l’innovation :

  • Le nombre insuffisant d’institutions financières qui servent les entreprises innovantes,
  • L’expansion de l’état providence qui a commencé dans les années 1960. Au 19ème siècle, la vie était infiniment plus difficile et les gens savaient que pour réussir, il fallait travailler dur et prendre des risques,
  • Le développement d’une contre-culture à partir des années 1970, où l’éthique du travail a été défiée, où réussir et gagner de l’argent a été décrié,
  • La préoccupation par de grands Groupes, plus de leur cours en bourse à court terme, que par des projets à plus long terme. Pour Phelps, le problème vient du système de gouvernance de nombreuses entreprises, où les dirigeants ont trop de pouvoir par rapport aux propriétaires, alors que leur horizon est beaucoup plus court. De plus, les fonds d’investissement mettent la pression pour que les entreprises atteignent des objectifs trimestriels. Or une entreprise ne peut pas être dirigée sur 3 mois !!

Enfin, Phelps rappelle que la révolution scientifique, l’esprit des lumières, la soif de connaissance sont nés en Europe. À nous donc de savoir retrouver cet état d’esprit et cette dynamique. A nous, managers et dirigeants, de nous mettre en projet et mettre en projet l’Entreprise, d’encourager les initiatives, les prises de risques, d’accorder le droit à l’erreur, de libérer les énergies. L’avenir de notre économie en dépend !

Laisser un commentaire