Le management à l’épreuve du genre

Est-il plus simple de manager des femmes ou des hommes ?

Voilà bien la question piège posée aux formateurs en management ! Répondez les femmes et le collège masculin vous accuse de démagogie…répondez les hommes et le gente féminine vous taxe de misogynie.

Livre Elise EliotAu-delà du clin d’œil, il est sûr qu’hommes et femmes sont bien différents dès la naissance dans leurs comportements, bien avant que l’acquis ne s’en mêle. L’ouvrage de la neurobiologiste américaine Lise ELIOT, « Cerveau rose, cerveau bleu, les neurones ont-ils un sexe ? » (Robert Laffont, 2012), souligne des différences étonnantes entre les deux sexes, et ce, dès leur venue au monde. Le livre revisite le vieux débat entre l’inné et l’acquis, le biologique et le social, la nature et la culture.

Oui bien sûr, il existe de nombreux domaines où garçons et filles sont profondément différents : les centres d’intérêt, les niveaux d’activité, la force physique, les styles relationnels, les capacités de concentration et les aptitudes intellectuelles.Comment les traiter de manière identique alors que leurs besoins sont manifestement si différents ?

Mais le risque est grand de tomber dans des clichés trop rapides et souvent faux… Et finir par penser qu’un garçon ne pleure pas et doit en toute circonstance maîtriser ses émotions, qu’une fille n’a de cesse que de se plaindre et s’efforcera de promouvoir à chaque instant l’harmonie au sein d’un groupe.

D’autres approches de personnalité comme le M.B.T.I nous démontrent que le clivage homme/femme est ténu ou absent dès lors que l’on mesure la relation aux autres (extraversion/introversion), la capacité à prendre une décision (intellectuel/émotionnel) ou la gestion du temps et de l’espace (planification/adaptation).
NEOM, dans ses interventions autour de la démarche MBTI, permet aux managers de gagner en harmonie et performance avec leurs équipes, composées d’hommes comme de femmes.

En résumé, il n’est pas plus simple de manager les hommes que les femmes ou inversement ; c’est la capacité à manager les dynamiques personnelles qui est complexe…

 

Laisser un commentaire